Du 30/06 au 07/07/19

Spécial Papillons et oiseaux - Hongrie

Vaste plaine récoltant les eaux provenant des Carpates et des Alpes dinariques, la Hongrie se partage entre steppes, forêts et étendues marécageuses. Certains endroits brillent bien haut au firmament de l'ornithologie européenne : les plaines d'Hortobagy, la vallée de la Tisza, … 

Rivières sauvages et lacs bordés de roselières, vastes forêts peu exploitées, voire carrément primitives, zones de steppes herbeuses (la célèbre Puszta) : tout cela sera au programme de ce séjour qui devrait accumuler une prestigieuse liste d'observations, en particulier en matière de rapaces, d'ardéidés (hérons), de pics et de passereaux. 
Nous aurons de grandes chances de rencontrer des oiseaux absents chez nous, comme la grande Outarde, les Pics syriaque et à dos blanc, le Faucon sacre, l’Aigle impérial, le Pygargue à queue blanche. 
Au charme du séjour participe indiscutablement celui de notre hébergement : une vieille ferme traditionnelle, restaurée pour être confortable, dans un microscopique hameau fourmillant lui-même d'oiseaux . 

Les lève-tôt ou ceux qui préfèrent prendre un jour de relâche n'auront pas loin à aller pour se remplir les jumelles de bonnes surprises ! La richesse faunistique du pays n'est sans doute pas étrangère aux pratiques agricoles encore en partie traditionnelles, mais aussi à une dynamique actuelle de protection de plusieurs espèces. 
C’est tout profit pour les oiseaux, pour les ornithos … et pour les gourmets-gourmands qui goûteront à la cuisine hongroise. 

© Photos : Rob de Jong, Johan Verbanck et Jan Uilhoorn

Dates & Prix

Prix : 
1.520 euros par personne

Durée : 
8 jours / 7 nuits

Hébergement : 
en gîte rural, simple et confortable, en pension complète et en chambres doubles

Encadrement : 
Vincent Gavériaux et un ornithologue local

Groupe : 
6 à 15 personnes

Déplacement : 
Vol Bruxelles - Budapest, puis minibus avec chauffeur

Budget

Le prix comprend
• l’hébergement en gîte rural, simple, chaleureux et confortable, en chambre double et pension complète saine et savoureuse (du repas du 1er jour au soir au repas du dernier jour au matin). Single avec supplément de 130 euros (obligatoire s’il n’y a pas de possibilité de partage de chambre)
• tous les déplacements (vols internationaux et minibus sur place)
• l’encadrement

Le prix ne comprend pas
• les boissons
• les dépenses personnelles
• les assurances voyage
• Le supplément single

Vincent Gaveriaux

Très jeune, Vincent se passionne pour l’ornithologie et l’observation de la nature, et devient illustrateur et photographe naturaliste professionnel. Les heures passées sur le terrain lui ont permis d’acquérir de larges connaissances des familles faunistiques et botaniques. Il les partagera avec enthousiasme et humour.

Journalier

Jour 1
Rien de tel que d'arriver dans un petit village authentique et tranquille pour bien débuter le voyage ! La météo nous permettra probablement de démarrer tout de suite les prospections aux alentours (en fonction des horaires de vols), à la recherche de papillons que l'on ne s'attend pas à trouver dans un jardin. Le Petit mars changeant (Apatura ilia) est l'un d'entre eux. Les Flambés (Iphyclides podalirius), Tabacs d'Espagne (Argynnis paphia) et les Petits colliers argentés (Issoria lathonia) sont courants.
Le village de Lator est situé à la frontière du Parc national de Bukk (au Nord) et du plateau volcanique (au Sud), deux régions reculées à forte valeur écologique. En plus des nombreux papillons, la région compte 3 espèces d’aigles, dont l’Impérial qui est le plus observé (même depuis le jardin du gîte !) et d’autres oiseaux intéressants, comme le Gobemouche à collier (nicheur dans le jardin !), les Pics noir, épeichette, mar et cendré, le Torcol fourmilier, la Huppe fasciée, le Guêpier d'Europe, etc.

Jour 2
Nous explorerons les environs immédiats de la ferme Lator en visitant les plateaux volcaniques au Sud des montagnes de Bukk, qui étaient autrefois largement pâturés. Cette gestion traditionnelle a généralement disparu, en conséquence de quoi les prairies présentent une riche succession de végétation. Le milieu est couvert de végétation herbacée basse à haute et de zones arbustives, où émergent des rochers ça et là. Cette grande diversité combine une abondance de nourriture (nectar des fleurs) et d'abris (buissons), ce qui favorise particulièrement les insectes.
On recherchera sur ce plateau l'Azuré de Schiffermüller (Pseudophilotes vicrama) et l’Azuré des orpins (Scolitantides orion). On peut aussi rencontrer de nombreuses Mélitées : du plantain, du bouillon blanc, oran-gée et le Grand damier (Melitaea cinxia, trivia, didyma et phoebe). La Mélitée des véroniques (Melitaea britomartis) est également présente. L'Azuré de l'ajonc et l'Azuré des coronilles (Plebejus argus et argyrognomon), la Mélitée du mélampyre (Mellicta athalia) seront plus fréquents, ainsi que le Demi-deuil (Melanargia galathea) et le Petit collier argenté (Clossiana selene). Le Mercure (Arethusana arethusa) et le Grand nègre des bois (Minois dryas) apprécient aussi ces grands espaces, mais leur période de vol ne fera que commencer.
Dans les endroits plus humides, nous espérons rencontrer le Cuivré des marais (Lycaena dispar). Sur les pistes forestières, nous pourrions voir le Sylvain de la gesse (Neptis sappho), le Morio (Nymphalis antiopa), la Grande tortue (Nymphalis polychloros), la Vanesse du saule (Nymphalis xanthomelas), le Grand et le Petit mars changeant (Apatura iris et ilia), ainsi que l'Echancré (Libythea celtis), bien que cette espèce méditerranéenne ne se montre qu'après les coups de chaud.
Les chances sont bonnes de croiser l'Aigle impérial et le Circaète Jean-le-Blanc, et le cortège des oiseaux caractéristiques des buissons et des bois comme le Gobemouche gris, le Bruant jaune, le Bruant proyer, la Huppe fasciée, la Fauvette épervière, la Pie-grièche écorcheur, la Tourterelle des bois, le Grosbec cassenoyaux, les Pics épeichette, mar, cendré, noir, ou encore le Guêpier d'Europe..

Jour 3
Cette journée nous amène au coeur des montagnes de Bukk. En fonction des conditions météorologiques du printemps et de l'heure, nous visiterons le haut plateau et / ou une magnifique vallée en dessous du plateau.
Bien que les différences d'altitude en Hongrie soient minimes, quelques 700 mètres peuvent suffire pour retarder le développement d'espèces intéressantes du printemps et du début de l'été. Parmi elles, l'Echiquier (Carterocephlus palaemon), le Grand collier argenté (Clossiana euphrosyne) et les Cuivrés mauvin et écarlate (Lycaena alciphron et hippothoe).
En levant la tête, nous découvrirons les splendides paysages du plateau. Le relief est marqué par des phénomènes géologiques caractéristiques, appelés dolines. Ce sont de grandes dépressions qui courbent la surface, recouvertes de prairies de Genévrier où affleure la craie. Les bords du plateau sont formés par d’énormes fa-laises offrant des panoramas époustouflants. Nous verrons sur ces collines le Machaon (Papilio machaon) et le Flambé (Iphiclides podalirius), et peut-être un Demi-apollon (Parnassius mnemosyne) tardif. Le Bleu-nacré (Lysandra coridon) est aussi une espèce recherchée. Autres azurés présents : l'Azuré des mouillères (Maculinea alcon xerophila), l'Azuré de l'orobe (Meleageria daphnis) et l'Azuré de la minette (Everes decoloratus). Nous pourrions trouver les trois espèces de Nacrés du genre Brenthis : de la ronce, de la sanguisorbe et de la filipendule (B. daphne, ino, hecate), à côté du Damier noir (Melitaea diamina) et de la Mélitée de Nickerl (Melitaea aurelia).
Puis en option, nous irons visiter la campagne autour de Repashuta. Ces prairies sèches, ainsi que la vallée humide de Hor, forment une riche combinaison d'habitats favorable aux papillons. Plusieurs espèces de cui-vrés volent dans les champs, parmi lesquels les magnifiques Cuivrés mauvin, des marais et de la verge d'or (Lycaena alciphron, dispar, vigaureae). Nous pourrions surprendre l'Azuré de la croisette (Phengaris rebeli) en train de pondre des oeufs sur une Gentiane croisette (Gentiana cruciata). On trouve trois espèces différentes de Coenonympha (C. pamphilus, glycérion et arcania) : le Procris, le Fadet de la mélique et le Céphale. La Lucine (Hamaeris lucina), qui présente une deuxième génération en Hongrie, le Chiffre (Argynnis niobe) et le Moyen nacré (Argynnis adippe, à la fois sous la forme adippe ou cleodoxa) sont toutes des espèces com-munes ici. La vallée de Hor est un lieu propice à l'observation du spectaculaire mais très imprévisible Cardinal (Argynnis pandora), du Morio (Nymphalis antiopa) et du Sylvandre (Hipparchia fagi). L'endroit ravira les amateurs de mélitées et de nacrés, particulièrement abondants ! Le joli Azuré des orpins (Scolitantides orion) se reproduit en deux générations dans cette vallée.
Pendant la marche, nous traverserons de bons sites à Gobemouches (à collier et nain), pics, beccroisés, Bondrée apivore, avec une chance d'apercevoir l'insaisissable Pic à dos blanc et parfois la Chouette de l'Oural.

Jour 4
Une journée qui ajoute beaucoup de variété au séjour : des plaines totalement plates (la Pusta hongroise) cou-vertes de steppe et de marécages naturels. Nous allons nous concentrer sur les oiseaux: Aigle impérial, Faucon sacre, Busard cendré, Faucon kobez, Pic syriaque, Pie-grièche à poitrine rose, Rollier d'Europe, Huppe fasciée, Grue cendrée, Pygargue à queue blanche, Bihoreau gris, Héron pourpré, Tarier des prés, Cochevis huppé, Guifette leucoptère, Guifette moustac, Rousserolle turdoïde, Fuligule nyroca, etc.
Certains papillons sont présents, mais d'observation moins aisée que dans les collines. Les espèces les plus intéressantes : plusieurs piérides jaunes telles que le Citrin (Colias erate), le Marbré de vert oriental (Pontia daplidice edusa), le Grand damier (Melitaea phoebe) et le Cuivré du genêt (Lycaena thersamon).

Jour 5
Dans le massif karstique d’Aggtelek, nous visiterons plusieurs endroits, des champs très secs aux vallons humides.
À la fin du mois de juin, il n’est pas impossible de rencontrer le Grand sylvain (Limenitis populi), bien que la date soit un peu tardive. L'une des vallées accueille les 9 espèces de Théclas de Hongrie ; nous en verrons un certain nombre, en fonction des températures moyennes du printemps.
De très nombreux Azurés vivent dans cette région, dont certains sont inscrits sur notre liste des espèces rares à rechercher : Argus frêle, Azuré du Thym, Azuré des orpins, Azuré des cytises, Azuré du serpolet, Azuré de la sanguinaire, Azuré de l'esparcette, Azuré du mélilot (Cupido minimus, Pseudophilotes baton, Scolitantides orion, Glaucopsyche alexis, Maculinea arion, Eumedonia eumedon, Agrodiaetus thersites, Plebicula dorylas).
Dans ce bel endroit s'épanouissent des espèces d’importance européenne, telles l'Azuré de la croisette (Maculinea rebeli) et l'Azuré de la sanguisorbe (Maculinea telejus). Le rare Sablé pontique (Agrodiaetus admetus) est l'un des papillons ciblés, bien qu’il risque de ne pas être encore sorti. Le Petit marc changeant (Apatura ilia) présente de bonnes populations dans le secteur. Un autre Azuré intéressant est le rare Azuré de la chevrette (Cupido osiris). Admetus et Osiris ne comptent que des populations dispersées dans le pays. On peut également observer ici quelques Satirinés intéressants : des rassemblements de Silène (Brinthesia circe) et de Sylvandres (Hipparchia fagi), ou la bacchante (Lopinga achine), une espèce en voie de disparition. Aller à la rencontre cette espèce nécessite une petite randonnée à travers une magnifique vallée. Le rare Misis (Hyponephele lycaon) se mérite lui-aussi, mais surtout à cause de la petite taille de sa population.
En approchant le mois de juillet, les chances de rencontrer les espèces estivales comme le Grand nègre des bois ou le Mercure (Arethusana arethusa) augmentent. Nous avons aussi de bonnes chances d'observer la forme sombre du Tabac d'Espagne (Argynnis paphia valezina), et, comme si nous n’en avions pas encore assez vu, le Sylvain des spirées et le Sylvain de le gesse (Neptis rivularis et sappho) qu'il est possible de rencontrer près de la frontière slovaque…

Jour 6
Nouvelle journée dans les grandes plaines de Hongrie. Le Parc national d'Hortobagy est l'un des principaux sites d'observation d'oiseaux d'Europe centrale. Ce jour-là, nous rechercherons la grande Outarde avec l’aide d’un guide local. Pas facile fin juin, mais en général c'est un succès !
Pendant la première moitié de la journée, nous visiterons d'énormes bassins d'élevage de poissons, très pri-sés par les oiseaux ! Au programme : Aigle impérial, Cormoran pygmée, Crabier chevelu et Bihoreau gris, Blongios nain et Butor étoilé, Guifettes noire, moustac et leucoptère, Rousserolle turdoïde, Locustelle lusci-nioïde, Hypolaïs icterine, Fuligule nyroca, le Pygargue à queue blanche, Grue cendrée, Remiz penduline, Pa-nure à moustaches, etc. Il est également possible de voir la Lusciniole à moustaches et l'Ibis falcinelle.

Jour 7
Nous avons réservé Kisgyor dans les collines de Bukk pour le dernier jour, en raison de la probabilité d'obser-ver 2 grands nacrés véritablement estivaux : le Nacré des magyars et le Cardinal (Argynnis laodice et pandora). Dans la matinée, nous commençons par explorer une vallée au Sud-Est des collines Bukk, qui constitue le meilleur endroit dans les environs pour rencontrer le Nacré des magyars.
Durant cette période, nous pouvons voir les premiers spécimens frais de cette espèce recherchée. Après un peu de pratique, nous serons capables de distinguer laodice des autres espèces d’Argynnis en vol.
Aussi, ces vallées encaissées sont de bons terrains de chasse pour le Circaète-Jean-le-Blanc, l'Aigle impérial et la Bondrée apivore. Elles accueillent également de nombreux Loriots d'Europe, des Locustelles fluviatiles et des Torcols fourmiliers.
Dans l'après-midi, nous visiterons une colline rocheuse sèche favorable au Thécla des nerpruns (Satyrium spini), l'Azuré de Schiffermüller (Pseudophilotes vicrama) et le Sylvain des spirées (Neptis rivularis), parmi de nombreuses autres espèces. Nous aurons également la chance de rencontrer un Azuré considéré en Hongrie comme une espèce distincte: Maculinea ligurica. Cette colline est par ailleurs un très bon site d'observation de la Fauvette épervière.

Jour 8
On se dit au revoir, et on profite des derniers instants à la Ferme Lator !
Retour à Budapest pour notre vol retour vers la Belgique.

 

Le déroulement du programme peut être modifié par le guide en fonction des circonstances locales et des opportunités. Certaines activités peuvent être déplacées dans le temps, ou remplacées par d’autres.

Liste des Observations

Photos

Infos pratiques

Déplacement
Vol Belgique - Budapest, puis minibus avec chauffeur.

Condition physique
Promenades longues, mais sans difficulté - longue route vers/de l’hébergement vers/de l’aéroport

A emporter
Vêtements légers de couleurs neutres, chaussures de promenade, chandail et imperméable,

Formalités
Carte d'identité ou, de préférence, passeport valable 6 mois après le retour

A savoir
Aéroport de Bruxelles-National ou de Charleroi 2h avant le décollage
Assurances voyage, différentes formules possibles (voir bon de commande)
Les prix de ce circuit peuvent être modifiés en fonction des prix de vols que nous obtiendrons lors de votre inscription. Plus la date de départ est proche et plus il est difficile d’obtenir des tarifs inté-ressants. Nous vous recommandons donc de VOUS INSCRIRE LE PLUS TÔT POSSIBLE afin d’éviter le désagrément d’une importante majoration de prix.

Responsable destination

Nathalie :
+32 71 84 54 80

Présente le lundi, mardi de 8h30 à 15h30 et jeudi de 8h30 à 15h00

Voyager...

avec le même guide

Voyager...

avec la même thématique

Voyager...

avec un prix similaire

Abonnez-vous à notre Newsletter

pour recevoir nos actualités, nos offres,...